Les principales bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Bactérie résistance antibiotiques

Les SARM ou Staphylococcus Aureus Résistant à la méticilline

Les Staphylococcus Aureus ou staphylocoques dorés représentent les germes les plus fréquemment impliqués dans les infections nosocomiales. Les SARM sont des staphylocoques dorés qui on développé des résistances à plusieurs antibiotiques dont la méticilline. Ils représentent 5 à 10% des germes isolés dans les infections nosocomiales. Comme les staphylocoques sauvages (qui n’ont pas développé de résistance), les SARM se trouvent sur la peau ou dans les narines des patients. Ils peuvent provoquer des infections de la peau en cas de plaie, des infections sur site opératoire, des pneumonies, des infections urinaires ou des infections du sang.

Les EBLSE ou Entérobactéries productrices de ß-lactamase à spectre étendu

Les entérobactéries sont des bactéries habituellement présentent dans le tube digestif et elles représentent 35 à 40% des bactéries responsables d’infections nosocomiales. Les EBLSE, qui ont acquis de multiples résistances sont responsables, d’1% des d’infections nosocomiales. Elles provoquent essentiellement des infections urinaires ou des bacteriuries asymptomatiques, des infections sanguines et les infections de plaies ou de site opératoire.

Les ERV ou Entérocoques résistants à la vancomycine

Les ERV sont encore peu retrouvés dans les infections nosocomiales en France alors qu’ils sont déjà très présents dans certains pays européens ou aux États-Unis.

Les PAR ou Pseudomonas aeruginosa multirésistants

Les P. aeruginosa représentent 10 à 11% des bactéries responsables d’infections nosocomiales. Les sites de portage du pseudomonas sont l’oropharynx et le tube digestif. Les souches de P. aeruginosa résistantes diffusent par petites épidémies et sont impliquées dans des infections respiratoires, urinaires ou cutanées. Certaines souches toto-résistantes sont retrouvées chez les patients atteints de mucoviscidose.

Les ABR ou Acinetobacter baumannii multirésistant (résistant à la ticarcilline)

Les ABR sont de plus en plus souvent impliqués dans les infections nosocomiales de certains secteurs hospitaliers comme les unités de soins intensifs. On le retrouve au niveau de l’oropharynx, de la peau et du tube digestif. Elles sont redoutées à l’hôpital car la persistance de ces bactéries dans l’environnement est parfois impressionnante et est à l’origine d’épidémies.