L’alcool, un Antidépresseur rapide? Oui, mais………..

Aucun commentaire sur L’alcool, un Antidépresseur rapide? Oui, mais………..

 Temps de lecture 3 min (642 mots)

Sur le plan biochimique au moins, oui, l’alcool peut avoir un effet comparable à celui d’un antidépresseur rapide chez les personnes souffrant de dépression.

Cependant, les problèmes d’alcool et de dépression vont souvent de paire. Il y a plusieurs raisons à cela:

-Les gens souffrant de dépression utilisent l’alcool comme un médicament, soit pour les aider à retrouver le moral, soit pour les aider à s’endormir.

-Même si l’alcool a un effet désinhibant quand il est bu dans de petites quantités, les problèmes finiront par arriver si la prise d’alcool est faite pour oublier la dépression ou la faire disparaître.

-L’alcool, bu dans de grosses quantités, que ce soit pour traité une dépression ou non, produit un effet conduisant à la déprime et à la dépression sur l’humeur des gens ce qui les place dans un cercle vicieux (boire toujours plus pour oublier)

Une étude faite par Des chercheurs du Wake Forest Baptist Medical Center (Caroline du Nord) montre qu’une dose unique d’alcool, d’un niveau pouvant entraîner l’ivresse, va bloquer les récepteurs NMDA, et se combine l’action de la protéine FMRP pour transformer le neurotransmetteur GABA en stimulateur de l’activité neuronale.
Des changements biochimiques qui vont induire un comportement non-dépressif durant au moins 24 heures.
Bref, l’alcool semble agir comme une dose unique d’antidépresseur rapide, comme la kétamine, capable de soulager les symptômes dépressifs dans les heures qui suivent sa prise et même chez les personnes résistantes aux antidépresseurs traditionnels.

Cela ne signifie pas que l’alcool puisse être considéré comme un traitement efficace de la dépression. La limite, avec l’alcool, est très sensible entre un effet efficace et nuisible.

La dépression et les conséquences de l’abus d’alcool avec la prise de médicaments.

Les effets de l’alcool peuvent être comparés à ceux des tranquilisants comme le Valium ou le Xanax. De nombreux dépressifs, en particulier les jeunes, ont également des problèmes avec l’alcool ou d’autres types de drogues. Ils pensent alors que l’alcool est un moyen de soigner leur dépression ou de s’échapper de leur condition de dépressif. En réalité, cela ne fait qu’empirer les conséquences de la dépression.

Certains antidépresseurs sont utilisés comme sédatifs pendant la dépression. Si ces antidépresseurs sont pris en même temps que de l’alcool, les effets secondaires des antidépresseurs peuvent empirer et être encore plus néfastes en raison des effets négatifs de l’alcool sur le foie car c’est dans le foie que les antidépresseurs sont « éliminés » par l’organisme. En empêchant le foie de fonctionner correctement, l’abus d’alcool aura donc pour conséquence d’amplifier les effets secondaires des antidépresseurs.

En 2014

Un Marocain buveur consomme 17,1 L d’alcool pur par an.
86,6% de la population marocaine âgée de 15 ans et plus n’a jamais bu une seule goutte d’alcool et 8% constitue les anciens buveurs. Le reste, 5,4%, représente donc ceux qui boivent. Ces derniers consomment chacun en moyenne 17,1 litres d’alcool pur par an.

C’est énorme surtout comparé à des pays comme la France ou les Etats-Unis ou la consommation d’alcool est plutôt culturelle. En effet, le rapport montre qu’un buveur français consomme 12,9 litres d’alcool pur par, tandis que l’Américain en boit 13,3 litres. Toutefois en Afrique du Nord, la palme revient aux buveurs tunisiens qui consomment même plus que les Russes pourtant réputés pour être de grands friands d’alcool en Europe. Ainsi quand un russe boit 22,3 litres d’alcool pur par an, un Tunisien ingurgite en moyenne 26,2 litres.
Plus de 5 millions de Marocains souffrent de dépression.

Les questions qui se posent :

Comment différencier une personne encline à des réactions psychologiques normales et une personne souffrant de dépression ?
Quant à la consommation d’antidépresseurs, elle a doublé en une décennie, entre 2000 et 2011. Comment expliquer ces données alarmantes ? Comment notre société en est-elle arrivée à produire de la dépression à grande échelle ?………..