Quel vaccin antigrippal pour la saison 2016-2017-Injectable ou Spray ?

Aucun commentaire sur Quel vaccin antigrippal pour la saison 2016-2017-Injectable ou Spray ?

   Temps de lecture 2min 27sec (610 mots)

Les vaccins antigrippaux se divisent en deux catégories : les uns, inactivés ou tués, ne contiennent que des fragments de virus et ne sont pas infectieux, les autres, vivants, contiennent des virus infectieux dont la virulence a été atténuée de façon à ce qu’ils ne produisent pas de maladie. Dans le cas général, les vaccins vivants sont plus efficaces car ils stimulent l’immunité comme le fait l’agent pathogène correspondant.

l’Organisation mondiale de la santé a annoncé la composition recommandée des vaccins trivalents contre la grippe pour la saison grippale 2016-2017 dans hémisphère nord.

Les vaccins doivent contenir les virus suivants :
-Une souche A apparentée au virus A / California / 7 / 2009 (H1N1)pdm09, responsable de la dernière pandémie grippale apparue en 2009.
-Une souche A apparentée au virus A / Hong Kong / 4801 / 2014 (H3N2) ; cette souche vient en remplacement de la souche A / Switzerland / 9715293 / 2013(H3N2) du vaccin saisonnier 2015-2016.
-Une souche B apparentée au virus B / Brisbane / 60 / 2008 ; cette souche de la lignée Victoria vient en remplacement de la souche B / Phuket / 3073 / 2013 (lignée Yamagata) du vaccin saisonnier 2015-2016.

Le vaccin intranasal contre la grippe doit être administré chaque année, à l’automne. Il est introduit dans l’organisme par vaporisation dans le nez, même en présence de sécrétions nasales.

Appelé Fluenz en France, il est administré par voie nasale et non pas par injection ; il possède une autorisation de mise sur le marché européenne (AMM) pour les enfants ou adolescents âgés de 24 mois à 17 ans. Aux Etats-Unis, ce vaccin porte le nom de Flumist : il peut être administré jusqu’à l’âge de 49 ans et est produit par le laboratoire MedImmune.

Ce spray nasal fait à partir d’un virus vivant mime une vraie infection grippale en stimulant les défenses immunitaires tout d’abord dans le nez, puis dans le reste du corps.
Alors que les injections sont capables d’activer l’immunité des personnes en bonne santé ayant déjà eu la grippe ou qui ont été vaccinées plusieurs fois, les bébés et les tout-petits, qui ne sont pas encore immunisés naturellement, pourraient avoir besoin de cette réponse nasale.
Les études montrent en effet que le vaccin intranasal est plus efficace chez les enfants de 2 à 17 ans. De plus, il les protège plus longtemps que le vaccin injectable.

Comment administrer le vaccin antigrippal par voie nasale ?

. Ce vaccin antigrippal est administré à l’aide d’un vaporisateur nasal plutôt que par injection, en 1 ou 2 doses. Chaque dose correspond à un jet dans chaque narine.
. Si votre enfant a moins de 9 ans et qu’il a déjà reçu un vaccin antigrippal par injection ou par voie nasale, il aura besoin d’une seule dose.
. Si votre enfant a moins de 9 ans et qu’il n’a jamais été vacciné contre la grippe, il aura besoin d’en recevoir 2 doses, administrées à au moins 4 semaines d’intervalle.
-Qui devrait éviter de recevoir le vaccin antigrippal par voie nasale ?
. Les femmes enceintes et les personnes dont le système immunitaire est affaibli, car c’est un vaccin à virus vivant (affaibli).
. Les personnes qui doivent prendre de l’acide acétylsalicylique (AAS ou aspirine) tous les jours.
. Les personnes qui ont eu une grave réaction allergique aux œufs (enflure du visage ou des lèvres, difficultés à respirer ou chute de la tension artérielle). La sécurité du vaccin par voie nasale n’a pas encore fait l’objet de tests auprès de ce groupe.
. Les personnes atteintes d’un asthme grave qui ont reçu un traitement aux stéroïdes ou qui ont eu une respiration sifflante importante au cours des 7 jours précédents (le vaccin peut aggraver la respiration sifflante).
Ces personnes devraient recevoir le vaccin par injection.

Parallèlement à la vaccination contre la grippe saisonnière, le gouvernement américain s’intéresserait à la possibilité d’adapter le FluMist au virus H5N1 de la grippe aviaire.

la CSPS