Le beurre n’est pas aussi dangeureux qu’on le croyait

Beurre pas dangeureux
Aucun commentaire sur Le beurre n’est pas aussi dangeureux qu’on le croyait

Le beurre est un aliment intermédiaire, ce qui signifie un choix meilleur que le sucre et l’amidon et un choix pire que les huiles de cuisson ou la margarine.

Une étude révèle qu’une portion quotidienne de beurre a des répercussions insignifiantes sur les maladies cardiovasculaires et le diabète. Elle a été menée par des chercheurs de l’Université Tufts(Boston USA) et a été publiée dans PLOS One (une revue scientifique Public Library of Science).

Les chercheurs ont examiné les neuf études admissibles, provenant de 15 pays, représentés par 636,151 individus. La consommation de beurre a été normalisée dans les neuf études. Cela implique 14 grammes par jour : une consommation recommandée de beurre (environ une cuillère à soupe) par le ministère de l’Agriculture des Etats-Unis.

La consommation moyenne de beurre dans les neuf études variait entre un tiers d’une portion et 3,2 portions par jour.
L’analyse a montré de petites associations entre chaque portion quotidienne de beurre et les maladies chroniques telles que le diabète et les maladies cardiovasculaires.

La valeur nutritionnelle du beurre dépend de la façon dont les animaux sont élevés : Le meilleur beurre est le non pasteurisé provenant de vaches nourries à l’herbe pâturée (beldia), suivi du beurre pasteurisé provenant de vaches biologiques au pâturage et en fin le beurre pasteurisé régulièr qui est vendu dans les supermarchés.

Traduit par la CSPS