La difference entre Antalgique et Analgésique

Tableau puissance antalgique
Aucun commentaire sur La difference entre Antalgique et Analgésique

La douleur est une des principales manifestations des maladies aiguës et chroniques. Il est indispensable d’atténuer ou de faire disparaître la douleur par un traitement étiologique (si possible supprimer la cause de la douleur) et, de toutes façons, par un traitement symptomatique (réduisant la douleur sans agir sur la cause).

Douleur mécanisme

Antalgique et Analgésique sont des adjectifs attribués à un médicament prescrit contre la douleur. L’antalgique est un médicament qui cible et réduit la douleur, au contraire de l’analgésique qui a pour but de supprimer la douleur.Dans ce sens, les analgésiques font partie des antalgiques puisqu’ils atténuent la douleur.

L’antalgique est souvent confondu avec l’analgésique du fait de la nature et de l’action semblables des deux médicaments. ils sont souvent utilisés de manière synonyme dans le langage courant, mais il faut pourtant les distinguer car l’analgésique est un médicament plus puissant que l’antalgique.

Omis douleur

Pour mieux adapter le traitement au niveau de douleur du patient, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en place une classification qui va au-delà des termes d’antalgiques et d’analgésiques et qui classe les antidouleurs en trois grandes catégories.

Le palier I : les antalgiques périphériques

Le palier I contient des médicaments pour faire face à une douleur faible à modérée.

Il s’agit de médicaments antalgiques périphériques, qui agissent à l’endroit de la douleur uniquement. Le paracétamol et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens tels que l’aspirine et l’ibuprofène font partie de cette catégorie.

Tableau dosage ains Tableau ains age

Les paliers II et II : les antalgiques et analgésiques centraux

Les paliers II et III regroupent des antalgiques à effet analgésique, c’est-à-dire capables d’éliminer la douleur. Ils sont dits centraux car ils agissent au niveau du système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Dérivés de l’opium, ils sont prescrits lorsque les médicaments de palier I ne suffisent plus à diminuer la douleur.

Les médicaments du palier II sont des analgésiques opiacés « faibles », prescrits pour lutter contre des douleurs modérées à intenses. Les médicaments à base de codéine et de tramadol font partie de cette catégorie. Ils sont souvent associés à des antidouleurs de palier I car leurs actions sont différentes et complémentaires. Les opiacés « faibles » induisent davantage d’effets secondaires que les médicaments de palier I, tels que des nausées, des vomissements, une somnolence et une constipation.

Enfin, les médicaments de palier III sont des analgésiques opiacés et opioïdes « forts ». Ils comprennent les médicaments à base de morphine et de ses dérivés (buprénirphine, pentazocine, péthidine, hydromorphone) et servent à soulager les douleurs intenses à très intenses. Très puissants, ils ont les mêmes effets secondaires que les médicaments de palier II. Par ailleurs, ces deux dernières catégories peuvent entraîner des problèmes d’accoutumance et de dépendance, ce qui n’est pas le cas avec les médicaments de palier I.

Les antalgiques peuvent être pris seuls ou combinés à d’autres médicaments.

Certaines associations, notamment avec des coanalgésiques, optimisent l’action des antalgiques.

Ces coanalgésiques sont les suivants :
-antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques,
-antispasmodiques,
-antiépileptiques,
-corticoïdes.

Dans tous les cas, demandez conseil à votre pharmacien pour éviter le risque de surdosage.