Morsures de serpent : Pénurie d’anti-venin en 2016

Aucun commentaire sur Morsures de serpent : Pénurie d’anti-venin en 2016

Médecins sans frontières (MSF) tire la sonnette d’alarme. L’ONG a en effet alerté aujourd’hui sur une pénurie de traitements anti-venin. Cette situation mettra en danger des milliers de personnes principalement dans les pays en développement, prévient MSF, qui souligne que les stocks de l’anti-venin « Fav-Afrique » produit par Sanofi Pasteur seront épuisés en juin. Dans le monde, environ 5 millions de personnes sont victimes de morsures de serpent chaque année et 100.000 trouvent la mort. Au Maroc ce nombre est de 218 morsures enregistrées par année selon le Centre anti poison du Maroc (CAPM).

Deux familles de serpents venimeux existent au Maroc:

la famille des viperidae représentée par sept espèces

 

Et une espèce de la famille des Elapidae: Naje legionis responsable du syndrome cobraïque.

Naje legionis

Naje legionis

 

Devant toute envenimation par morsure de serpent, la prise en charge doit comporter; les premiers gestes de secours, l’évacuation rapide vers une structure hospitalière adaptée après mise en condition, la prise en charge d’une détresse vitale, la distinction entre syndrome vipérin et syndrome cobraïque avec identification du serpent agresseur si possible et un traitement symptomatique et spécifique.

L’antivenin peut être monovalent (une seul espèce), ou polyvalent (plusieurs espèces). Il existe sous forme lyophilisée qui doit être conservé à moins de 25°C et sous forme solubilisée conservée à 4°C.

Posologie et mode d’administration

L’antivenin reste efficace sur les troubles de l’hémostase et le syndrome hémorragique plusieurs jours après la morsure. Il est donc administré aussi longtemps que la preuve de la coagulopathie persiste. S’il n’a pas été efficace il n’est pas indiqué de continuer à l’administrer.

 Chez l’adulte
La posologie initiale préconisée est de 1 à 2 ampoules administrées par voie intraveineuse,
en perfusion en 20 à 30 minutes de 250 ml de sérum glucosé ou salé, voire en bolus intraveineux direct si l’urgence l’exige.

 Chez l’enfant
La dose est la même que chez l’adulte, seule la quantité de liquide vecteur est adaptée au poids et à l’âge (5 à 10 ml/kg)

Gestion du sérum antivipérin
L’antivenin fait partie de la liste des antidotes établie par le CAPM et intégrée dans la liste nationale des médicaments essentiels au Maroc. L’acquisition de cet antidote se fait via le CAPM.

Les établissements hospitaliers approvisionnés sont les hôpitaux régionaux et provinciaux à haut risque de morsure par des serpents (Agadir, Tiznit, Taroudant, Essaouira, Marrakech, Khénifra, Errachidia, Meknès, Tata, Fès, Guelmim, Bénimellal, Chefchaouen et Dakhla). Les quantités à distribuer se font sur la base de critère bien établis.

Les patients doivent être étroitement surveillés pendant au moins une heure après le début de l’administration par voie intraveineuse de l’antivenin, de sorte qu’un début de réaction anaphylactique peut être détectée et traitée rapidement avec de l’épinéphrine (adrénaline).

Une utilisation antérieure d’antivenin ou la notion d’allergie ne sont pas des contre- indications.