Les écrans solaires-Le vrai du faux: Ce que vous devez savoir

Crème solaire mensonge FPS
Aucun commentaire sur Les écrans solaires-Le vrai du faux: Ce que vous devez savoir

Un écran solaire  est censé vous protéger contre l’exposition à la lumière UV qui pourrait provoquer des coups de soleil, l’apparition de rides et le cancer de la peau. Mais est-il vraiment efficace ?

« Consumer Reports « a enquêté sur 65 écran solaire avec un FPS d’au moins 30 – le niveau minimum recommandé par l’American Academy of Dermatology. Le magazine a demandé aux gens d’appliquer l’écran solaire sur leur dos, assis dans l’eau pendant un certain temps pour vérifier l’authenticité des indications sur les étiquettes des produits.

Le rapport a révélé que 43 pour cent des écrans solaires ne sont pas conformes aux indices de protection marqués sur leurs étiquettes, certains écrans ont un FPS à peine supérieur à 8 au lieu de 50 marqué sur les emballages.

1)Filtres ultraviolets

Il existe deux types de filtres ultraviolets :
les filtres chimiques, composés chimiques organiques qui absorbent la lumièreultraviolette (comme l’oxybenzone)
les filtres minéraux, des matériels opaques qui reflètent la lumière (comme l’oxyde de zinc ou le dioxyde de titane)
Les écrans solaires qui contiennent du dioxyde de titane et de l’oxyde de zinc (ecrans à base de minéreaux )semblent moins protecteurs que ceux  avec de produits chimiques comme avobenzone  (Methoxydibenzoylmethane ).

Écran solaire minéral vs chimique

L’ecran solaire contient généralement d’autres ingrédients : conservateurs, agents pour stabiliser l’émulsion, anti-radicaux libres (vitamine E ou vitamine C par exemple),
épaississants, agents hydratants… La formulation  tient compte du fait que le produit doit adhérer à la peau, et résister à l’eau?
« Consumer Reports « a également rejeté l’idée d’un écran solaire résistant  à l’eau, en dénonçant qu’un tel produit n’existe pas .

2)Indice de protection

L’indice de protection (IP) d’un écran solaire est une mesure de son efficacité. L’indice de protection juge le pouvoir protecteur d’un produit contre les coups de soleil. Il concerne donc la protection anti-UVB. L’IP est parfois noté FPS (facteur de protection solaire) ou encore SPF (sunburn protection factor).

L’indice de protection a la même signification dans tous les pays. Il est déterminé par des tests standardisés. Lors de ces tests, on applique une dose de produit solaire de 2 mg par cm² sur une partie du dos de volontaires qui sont ensuite soumis à différentes doses d’UV. 24 heures après, on compare les réactions de la peau avec et sans protection solaire.
On en déduit la Dose Erythémale Minimale (DEM), qui est la plus faible dose d’ultraviolet provoquant une rougeur de la peau. L’indice de protection est le rapport entre la DEM sur une zone de peau recouverte de crème solaire et la DEM sur une zone non protégée.

L’indice de protection est aussi le rapport entre le temps nécessaire pour obtenir un coup de soleil avec et sans la crème solaire. Exemple, si une personne a un coup de soleil au bout de 10 minutes sans protection, un IP 15 signifie qu’il lui faudra 2 h 30 (soit 150 minutes ou 15 fois 10 minutes) pour obtenir le même coup de soleil avec ce produit solaire. Donc plus l’indice est élevé, meilleure est la protection. Mais il ne faut pas perdre de vue que toutes les personnes ne sont pas égales au regard des risques, il existe six phototypes. Les peaux claires ont besoin d’une protection plus élevée contre les UV que les peaux mates.

Phénotype peau cancer

Il faut savoir que la protection contre les UV n’est pas proportionnelle à la valeur de l’IP :
-Un IP 2 arrête 50% des UVB
-Un IP 15 arrête 93% des UVB (il laisse passer 1/15 soit 7% des UVB)
-Un IP 20 arrête 95% des UVB
-Un IP 30 arrête 97% des UVB
-Un IP 50 arrête 98% des UVB

L’indice de protection IP ne fournit aucune information sur la protection contre les UVA. En effet, ces derniers ne causent des coups de soleil que pour des doses très fortes. Cependant, ils entraînent davantage de dégâts à long terme que les UVB. Il n’existe pas d’indice de protection contre les UVA qui soit officiellement reconnu. Certaines crèmes donnent quand même un indice UVA, mais les méthodes utilisées étant différentes, il ne permet pas d’effectuer de comparaisons entre des marques différentes.

L’indice de protection permet au consommateur de choisir un produit solaire adapté. Certains produits n’ont pas d’IP ou un IP de 0, ils ne protègent donc pas du soleil. C’est le cas des autobronzants, du monoï classique et des huiles  » bronzantes « .

«Il y a très peu de différence entre la protection que vous obtenez à partir d’un FPS de 50 et un FPS de 100, de sorte que vous n’avez pas vraiment besoin d’aller au-delà d’un indice 50.

3)Utilisation des produits solaires

La plupart des personnes n’appliquent l’écran solaire que quand ils pratiquent des activités extérieures estivales. On recommande l’application de la crème ou de l’huile 20 minutes avant l’exposition au soleil, et de renouveler l’application. Cependant, quelques experts suggèrent de l’utiliser tous les jours pour empêcher des dégâts cumulatifs et baisser le risque de cancer de la peau. Dans une optique de prévention des rides, les fabricants commercialisent des crèmes de jour et des fonds de teint contenant des filtres UV, pour un usage quotidien.

Pour obtenir la protection correspondant à l’indice de protection du produit solaire, il faudrait appliquer 2 mg de crème solaire par cm² de peau. Dans ce cas, on appliquerait sur le corps le quart d’un tube de 125 ml à chaque exposition. Dans la réalité, la quantité de crème solaire employée est plus proche d’un mg par cm² de peau.

Le sable, le frottement des serviettes et l’eau enlèvent une partie de la crème sur la peau et donc diminuent la protection solaire. De plus, certains filtres sont dégradés par les rayons ultraviolets. C’est pour cela que l’on conseille de renouveler régulièrement l’application de l’écran.

4)Réglementation des produits solaires

En Europe, au Maroc et au Japon, les produits solaires sont considérés comme des cosmétiques, alors qu’en Australie, au Canada et aux États-Unis ils sont classés comme des médicaments!

Le terme  » écran total  » est interdit pour les crèmes solaires, car aucune crème solaire, même à haut indice de protection, ne peut bloquer 100% des UV.

5)Est-ce que les crèmes solaires sont efficaces ?

Les écrans solaires protègent contre les UVB et commencent à filtrer également des UVA. Mais elles ont un effet pervers : les personnes qui utilisent des crèmes solaires se croient protégées du soleil et ont tendance à s’exposer plus longtemps au soleil. De même, les crèmes solaires ne sont pas destinées aux bébés, qui ne doivent pas être exposés au soleil.

Les produits solaires sont utiles mais doivent être associés à des mesures de prudence : le port  de lunettes de soleil et d’un chapeau, la non-exposition au soleil entre 12 h et 16 h (car le rayonnement UVB est à son maximum d’intensité) et la limitation de la durée de l’exposition.

6)Conclusion

La meilleure façon de garder votre peau protégée est d’appliquer un écran solaire 15 minutes avant de sortir, et réappliquer toutes les deux heures, « peu importe quel écran solaire vous utilisez.

traduit par la CSPS