CHOLESTÉROL :Mieux vaut faire le test sans étre à jeun  

Aucun commentaire sur CHOLESTÉROL :Mieux vaut faire le test sans étre à jeun  

Aujourd’hui, dans tous les pays le test du cholestérol se fait à jeun, à l’exception du Danemark, où depuis 2009, l’analyse de sang n’exige pas d’avoir l’estomac vide .

Une étude menée sur plus de 300.000 participants et publiée dans l’European Heart Journal, précise que les patients ne doivent pas faire ce test à jeun et que les niveaux de cholestérol et de triglycérides sont similaires dans les 2 cas. Au contraire, faire le test sans être à jeun pourrait permettre de mieux adapter le traitement préventif à chaque patient, et, ainsi réduire nombre d’événements cardiaques, infarctus et AVC. 

Une procédure simplifiée qui non seulement « facilite la vie » des patients, des médecins et des laboratoires mais permet aussi au médecin de choisir des options et d’apporter des conseils et mieux personnalisés.
C’est aussi, avec la réduction de contrainte, un moyen d’élargir la couverture de ces tests en population et d’inciter les patients à mettre en œuvre des changements de mode de vie voire à prendre un traitement par statine. « Donc, au global, ce changement de recommandation pourrait réduire la charge mondiale des maladies et de décès cardiovasculaires ».

Ces données viennent d’être intégrées dans une déclaration de consensus conjointe de l’Atherosclerosis Society et de l’European Federation of Clinical Chemistry and Laboratory Medicine, signée par 21 experts internationaux, d’Europe, d’Australie e des Etats-Unis.

Source : European Heart Journal

Remarque  faite par Dr El Mostafa Miss :

C’est un peu difficile d’admettre ça pour plusieurs raisons : les valeurs normales du bilan lipidique sont standardisées par rapport à un jeun de 12 h, alors que les types d’aliments influencent différemment les valeurs de ce bilan.

Reponse:

L’idée dans cet article c’est qu’il peut y avoir des personnes qui n’ont pas un taux de cholestérol élevé à jeun ( dans ce cas Les causes non-modifiables d’un cholestérol élevé sont exclus :L’âge ,Le sexe et Les antécédents familiaux – hypercholestérolémie familiale ) mais après un bon repas riche en matière grasse saturée et acide gras trans, ces personnes peuvent développer une hypercholestérolémie .
Dans ce cas de figure, l’hypercholestérolémie est liée à une mauvaise alimentation générale et le médecin traitant a du coup un résultat qui peut l’orienter vers un traitement adéquat ( un régime alimentaire par exemple ) sans avoir recours au statine ou autres médicaments hypolipémiants.
La cholestérolémie (déterminée par consensus) doit être en dessous d’un certain seuil, qui évolue selon les pays. Ce dernier a varié suivant les époques (inférieur à 3 g, puis à 2,8 et 2,4 g/L avant les années 2000, le but actuel étant d’être en dessous de 2 g/L ou 5 mmol/l). Le seuil requis est d’autant plus bas que le patient a d’autres facteurs de risque cardio-vasculaire ou a déjà fait une complication.
Et probablement par consensus, comme décrit en bas de l’article on va encore une fois modifier cette valeur normale pour l’ajuster à une personne normale ayant pris un repas normal .
Le questionnaire, près diagnostic du médecin va être déterminant pour l’appartenance du patient à tel ou tel groupe (causes modifiables ou non-modifiables du cholestérol).