L’ASTHME: des nanoparticules agissent comme un cheval de Troie pour mettre un terme à l’Asthme .

Asthme allergie nanoparticules
Aucun commentaire sur L’ASTHME: des nanoparticules agissent comme un cheval de Troie pour mettre un terme à l’Asthme .

Cette nouvelle méthode est aussi efficace contre les allergies alimentaires .Des nanoparticules sont actuellement testées chez des souris allergiques à l’arachide, semblable à une allergie alimentaire mortelle chez l’homme.

« Les résultats représentent une action sûre et efficace , de moyen à long terme pour traiter et« guérir »les patients souffrant d’asthme et d’allergies alimentaires potentiellement mortelles», a déclaré l’auteur principal Stephen Miller, professeur de recherche Judy Gugenheim de microbiologie-immunologie à l’Université du Nord-Ouest Feinberg School of Medicine.

« Cela peut éliminer la nécessité d’une utilisation à vie des médicaments pour traiter de l’asthme.  »

C’est la première fois qu’une méthode scientifique crée une tolérance du système immunitaire aux allergies. L’approche a été utilisée dans des maladies auto-immunes, y compris la sclérose en plaques et la maladie cœliaque dans la recherche préclinique Northwestern précédente.

« C’est un traitement universel», a déclaré Miller. « Selon l’allergie que vous voulez éliminer, vous pouvez charger la nanoparticule avec le pollen de l’herbe à poux ou une protéine d’arachide….. »

Asthme nanoparticules

Les nanoparticules sont constituées d’un biopolymère appelé PLGA et comprend de l’acide lactique et de l’acide glycolique et à été approuvé par la FDA (food and drug administration) .

Lorsque la nanoparticule chargée d’allergène est injectée dans la circulation sanguine d’une souris, son système immunitaire ne déclenche  pas d’alerte parce qu’il ne voit en la particule que des débris inoffensifs. Ensuite, la nanoparticule et sa cargaison cachée sont phagocytées par un macrophage, essentiellement une cellule présentatrice d’antigène .

« Cette cellule présente l’allergène au système immunitaire d’une manière qui dit:« Pas de soucis, cela nous appartient  », dit Miller. Le système immunitaire arrête donc son attaque sur l’allergène, et il est remis à zéro , à la normale.

Macrophage lymphocyte t nanoparticules

L’approche a aussi un deuxième avantage. Elle crée un système immunitaire normal, équilibrée en augmentant le nombre des lymphocytes T régulateurs, des cellules immunitaires importantes pour reconnaître les allergènes des voies respiratoires comme normaux . Cette méthode désactive les cellules dangereuses Th2 qui provoquent l’Asthme et élargit les bons lymphocytes T, calmants et régulateurs .

Traduit par la CSPS