Homéopathie, médicament ou placebo ?

Homéopathie
Aucun commentaire sur Homéopathie, médicament ou placebo ?


L’homéopathie (du grec hómoios, « similaire » et páthos, « souffrance » ou « maladie ») est une médecine non conventionnelle considérée comme pseudo-scientifique, créée par Samuel Hahnemann en 1796.

Similaire Similibus Curentur : Similitude Individualisation Infinitésimal

L’homéopathie repose sur trois grands principes de base : la similitude, l’individualisation et l’infinitésimal. La similitude : un patient est traité par le moyen d’une substance produisant chez une personne saine des symptômes semblables à ceux présentés par la personne affectée. Si vous vous êtes fait piquer par une abeille et que vous avez une sensation de brûlure, vous utilisé la souche apis melifica à base de venin d’abeille. On soigne le mal par le mal.

Bon, deuxième principe : l’individualisation.
L’homéopathie analyse l’ensemble des symptômes de la personne et non seulement les symptômes liés à la maladie.

Dernier principe : l’infinitésimal.
Classiquement, pour les médicaments, l’effet dépend de la quantité de principe actif administré. Mais pas pour l’homéopathie. Ce n’est pas la dose finale qui produirait l’effet mais la présence de celle-ci et sa présentation. Plus la substance est diluée, moins le principe actif est présent jusqu’à garder uniquement la mémoire de la substance active, c’est-à-dire qu’à partir d’une certaine dilution (12 CH) nous ne sommes plus capables de mesurer la présence du principe actif mais juste d’y croire. La couleur des tubes indique la dilution (bleu : 9 CH : centésimal). En clair, 1CH équivaut à 1% de principe actif puis la dilution de celle-ci au 100ème donne le 2CH soit 0.01% de Principe actif. Par exemple, la dilution 10CH correspond à une goutte d’eau dans Oum Errabiâ.

Bon, maintenant, qu’est-ce que l’on soigne avec l’homéopathie.

Les médicaments homéopathiques sont utilisés dans la plupart des maladies courantes : pour les humains et les animaux. Nous pouvons même les utiliser dans des maladies graves comme le cancer mais pas pour les soigner mais pour améliorer la qualité de vie.
C’est vrai que la polémique sur l’efficacité de l’homéopathie n’est pas un sujet nouveau. On observé beaucoup de retours très positifs sur l’utilisation de l’homéopathie. Est-ce dû au produit ou à un effet placébo ?
En tout cas, ces produits ne sont pas nocifs, n’ont pas d’effets secondaires et si le patient est persuadé que cela va marcher, le cerveau fait le reste quand il ne s’agit pas bien sûr de maladies graves.

Comme dans la vie, tout est une question d’équilibre, notre corps n’aime pas les excès. Utiliser l’homéopathie en complément des médicaments traditionnels me paraît une bonne pratique.
Timbre homéopathie

La persistance de l’utilisation de l’homéopathie en dépit de son manque avéré d’efficacité a été critiquée sur le plan éthique lorsqu’elle se fait au détriment de traitements efficaces ,et l’
Organisation Mondiale de la Santé
met en garde contre son utilisation dans le traitement de maladies
graves comme le SIDA.