Homo-pharmaciens , si vous arrivez à comprendre ça c’est que vous avez tout compris….!

Mèmes memetiqe
Aucun commentaire sur Homo-pharmaciens , si vous arrivez à comprendre ça c’est que vous avez tout compris….!

Selon Wikipedia :

Un mème (de l’anglais meme ; calqué sur gène, sans rapport et à ne pas confondre avec le français même) est un élément culturel reconnaissable répliqué et transmis par l’imitation du comportement d’un individu par d’autres individus.

On définit le mème comme « un élément d’une culture (prise ici au sens de civilisation) pouvant être considéré comme transmis par des moyens non génétiques, en particulier par l’imitation ».

Le terme anglais de meme a été proposé pour la première fois par Richard Dawkins et provient d’une association entre gène et mimesis (du grec « imitation »). Dawkins construit également ce terme pour sa ressemblance avec le mot français « même » (bien que ce dernier ait une étymologie différente). Les mèmes ont été présentés par Dawkins comme des réplicateurs, comparables à ce titre aux gènes, mais responsables de l’évolution de certains comportements animaux et des cultures.

L’étude des mèmes a donné naissance à un nouveau discours : la mémétique.

Le mème est une  unité d’information contenue dans un cerveau, échangeable au sein d’une société ». Elle résulte d’une hypothèse selon laquelle les cultures évolueraient comme les êtres vivants, par variations et sélection naturelle. À l’instar du gène, le mème serait l’unité de base dans cette évolution.

Une classification de ces différentes approches mémétiques :

-l’idée abstraite individuelle : le mème logique, comme instruction, choix, éthique personnelle, règle de conduite, algorithme
-l’idée abstraite collective : le mème symbolique, comme symbole, dogme, idéologie, valeur, lien communautaire
-l’objet concret individuel : le mème neuronal, comme schéma neuronal électrochimique
-l’objet concret collectif : le mème pratique, comme langage, organisation, trait culturel, convention, procédé, schéma fonctionnel.
Certains mémes ont un pouvoir infectieux très virulent dans l’environnement fourni par la culture des homo-pharmaciens.

On trouve des exemples de mèmes dans la musique, les idées, les phrases clés, la mode vestimentaire, la manière de faire des pots ou de construire des arches. Tout comme les gènes se propagent dans le pool génique en sautant de corps en corps par le biais des spermatozoïdes et des ovocytes, les mèmes se propagent dans le pool des mèmes, en sautant de cerveau en cerveau par un processus qui, au sens large, pourrait être qualifié d’imitation.
Si un pharmacien , dans ce qu’il lit ou entend, trouve une bonne idée, il la transmet à ses confrères ,la mentionnant dans ses articles et ses partages. Si l’idée éveille de l’intérêt, on peut dire qu’elle se propage elle-même d’un cerveau à l’autre.
Les mèmes devraient être considérés techniquement comme des structures vivantes, et non pas simplement comme des métaphores. Lorsque vous plantez un mème fertile dans mon esprit, vous parasitez littéralement mon cerveau, le transformant ainsi en un véhicule destiné à propager le mème, exactement comme un virus peut parasiter le mécanisme génétique d’une cellule hôte.
Le mème pour, par exemple, « la croyance en la solidarité des pharmaciens  » existe physiquement à plusieurs exemplaires, comme l’est une structure dans le système nerveux humain.
L’imitation au sens large est la façon dont les mêmes peuvent se répliquer. Mais, de même qu’il existe des gènes qui n’arrivent pas à se répliquer correctement, certains mèmes réussissent mieux dans le pool mémique que d’autres. C’est analogue à la sélection naturelle.

En général on peut considérer les mèmes comme des réplicateurs doués de longévité, fécondité et fidélité de copie. […]

un nouveau type de réplicateur est apparu récemment sur notre planète; il nous regarde bien en face. C’est encore un enfant, il se déplace maladroitement dans la soupe originelle, mais subit déjà un changement évolutionnaire à une cadence qui laisse les vieux gènes loin derrière.

Si vous avez résisté jusque là c’est que vous avez une affinité pour la recherche du sens ce qui fait de vous un pharmacien prêt à contribuer.
Nous sommes construits pour être des machines à gènes et élevés pour être des machines à mèmes.

Il n’y a pas de raison pour que la mémétique  ne soit pas valable pour l’homo-pharmaciens que nous sommes .
Quand nous mourons, nous laissons derrière nous les mèmes qu’on a semé qu’ils soient bons ou mauvais ……!