Les nouvelles méthodes de la contraception

Aucun commentaire sur Les nouvelles méthodes de la contraception

Aujourd’hui, la pilule est encore l’une des méthodes qu’elles utilisent le plus, mais à cause de certains effets secondaires indésirables .les organismes pharmaceutiques mettent au point des nouvelles méthodes de contraception, dont en voici quelques-unes :

L’anneau vaginal

Le premier jour des règles, la femme place elle-même cet anneau souple au fond du vagin. Ce dernier libère des hormones qui bloquent l’ovulation. Au bout de trois semaines, elle retire l’anneau et les règles reviennent. Une semaine plus tard, elle le remplace par un nouvel anneau.

patch contraceptif

Ce patch  adhère à la peau de la femme pour libérer une combinaison d’hormones pendant une semaine. On doit ensuite le changer et ce, pendant trois semaines. La quatrième semaine, on ne la met plus et les règles se déclenchent. Il se colle sur le bas du ventre ou sur les fesses. Ses contre-indications sont les mêmes que pour la pilule. Mais à part quelques cas d’irritation de peau, des règles parfois douloureuses ou de la sensibilité aux seins au début de l’utilisation, on ne dénote pas d’autres effets secondaires notables comme c’est souvent le cas pour la pilule.

Le dispositif Mirena

Ce petit dispositif en forme de T est inséré dans l’utérus par le médecin traitant, comme un stérilet. Il libère des hormones beaucoup plus faibles que la pilule et provoque donc peu d’effets secondaires. On constate que le volume des règles diminue en général de 85 % pendant les trois premiers mois, puis de 97 % plus tard.

L’intervention Essure

Cette technique consiste à introduire par la voie du col un micro-implant dans chacune des trompes qui entrainera une croissance des tissus et bloquera, après trois mois, l’accès des spermatozoïdes à l’orifice des trompes. Il faut savoir que, tout comme la ligature, cette intervention est une stérilisation permanente et irréversible.

En cours de recherche…

Le condom invisible

Une équipe de chercheurs de l’Université Laval à Québec travaille actuellement sur le condom invisible, un gel qui forme une pellicule de protection lorsqu’il atteint la température du corps. Plusieurs heures après les rapports sexuels, cette pellicule se dissoudrait avant de s’évacuer du vagin. Elle protégerait à la fois contre les infections et la grossesse… Sur les animaux, la méthode semble sûre et efficace. Espérons qu’elle le sera tout autant pour l’humain et qu’elle verra rapidement le jour!

Les contraceptifs pour homme

Le rêve des femmes!… Et des hommes! La liberté pour ces dames qui n’auraient enfin plus à elles-seules la responsabilité de la contraception, et plus de surprises pour ces messieurs qui ne désirent absolument pas avoir d’enfants!

Deux stratégies sont présentement à l’étude.

La réduction du nombre de spermatozoïdes par les hormones

En régulant la testostérone pour arriver à réduire la production de spermatozoïdes, on pourrait régir la fertilité chez l’homme.

L’altération des spermatozoïdes pour prévenir la fécondation

On pourrait employer des anticorps qui s’attaqueraient à la membrane des spermatozoïdes afin de les rendre inefficaces.

Toutefois patience, mesdames, car il faudra attendre encore quelque temps pour que les hommes prennent enfin « la pilule »…