Alzheimer :les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) pourraient être responsables

Aucun commentaire sur Alzheimer :les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) pourraient être responsables

image

Les inhibiteurs de la pompe à protons sont un groupe de molécules, dont l’action principale, est une réduction prononcée et de longue durée (de 18 à 24 heures) de la production d’acide gastrique, en agissant sur la pompe à protons.
Le groupe des IPP est le successeur des antihistaminiques H2, et les a largement supplantés du fait de sa supériorité thérapeutique.

Des chercheurs allemands ont constaté que les personnes âgées de plus de 75 ans et qui prennent régulièrement ces médicaments ont 44% plus de risque de développer la maladie d’alzheimer.
Une pure constation statistique!.

« Pour évaluer les relations de cause à effet des tests cliniques éventuels sont nécessaires» a dit Britta Haenisch auteur correspondante, du centre allemand des maladies dégénératives à bonne.

Ainsi , une sensibilisation des prescripteurs de la sante est urgente pour éviter une utilisation inadéquate des IPP.
Le rapport a été édité le 15 février2016 dans le journal JAMA Neurology.

Plus de 15 millions d’Américains ont eu recours à des IPP en 2013, à un coût total de plus de $10 milliards, selon un rapport de l’institut d’IMS .

Le probleme est que les Populations  pourraient abuser des IPP pour traiter des crises mineures de reflux, de brûlure d’estomac ou d’acidité.

Les IPP semblent affecter des niveaux de bêta amyloïde et tau, qui sont  des protéines liées à la maladie d’Alzheimer,leur utilisation fréquente  peut également mener à l’insuffisance de la vitamine B12, qui elle est associée à une baisse cognitive.

Pour examiner l’association possible entre les IPP et la maladie d’alzheimer des chercheurs allemands ont rassemblé des données d’une grande entreprise allemande d’assurance maladie sur presque 74.000 personnes âgées de plus de 75 ans et ce de 2004 à 2011, et ont inclus des diagnostics et des prescriptions de psychotropes ,environ 2.950 patients ont régulièrement pris des IPP prescrits chaque 4 mois.
Résultat :les IPP sont liés à 44% des cas de la maladie d’ALZHEIMER

Cependant, l’étude reste statistique sans aucune explication  scientifique directe.

Traduit par la CSPS , source:cbsnews

Tags: ,