Botox et sirop pour la toux, remèdes efficaces contre la dépression?

Aucun commentaire sur Botox et sirop pour la toux, remèdes efficaces contre la dépression?

image

Botox, pilule et sirop pour la toux seraient des remèdes à la dépression.
Tester les médicaments contre la dépression coûte très cher. Alors les laboratoires essaient désormais de mettre à l’essai d’autres remèdes existants pour soulager la pathologie.

Plus de 350 millions de personnes souffrent de dépression dans le monde, selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Malgré les dizaines de médicaments disponibles sur le marché, peu sont réellement efficaces. C’est pourquoi les laboratoires pharmaceutiques essaient de reconquérir ce marché à la forte demande, mais faible offre.
«C’est trop difficile, il y a trop d’échecs. Beaucoup de sociétés ont quitté le marché», explique Robert Alexander, chef du département de neurosciences du laboratoire Pfizer à BuzzFeed News. Le site rapporte que le prix pour mettre au point un médicament à partir de rien est de plus de 2 milliards de dollars. Surtout, lors du test de médicaments, l’échec advient souvent tard au moment des expérimentations: «Ce qui signifie que beaucoup d’argent à été dépensé avant de réaliser que le médicament n’a aucun potentiel», explique Alexander.
Botox et sirop pour la toux
«Réutiliser d’anciens remèdes pour des nouvelles indications n’est pas rare: ça ne demande pas beaucoup d’investissement», explique le scientifique de Pfizer. C’est pourquoi les laboratoires se penchent sur des remèdes comme le dextrométhorphane (DXM), présent dans des sirops pour la toux comme le Tussidane. Ce composé a des effets sur le cerveau qui «provoque l’altération de la conscience, une désorientation spatio-temporelle et des hallucinations», met en garde le site Hôpital pour enfants. Le DXM agit sur le cerveau en bloquant les récepteurs NMDA, qui agissent sur la mémoire et la plasticité synaptique. Approuvé en 2010 pour guérir les rires incontrôlés, le médicament Nuedexeta contient du DXM et est actuellement en cours d’expérimentation pour venir à bout de la dépression. Récement, des tests ont été conduits et les résultats semblent positifs.

                       A la demande de Mr Samad amhaouache

En 2009, un psychologue de l’université de Cardiff, Michael Lexis, a également précisé que les crises d’anxiété et d’irritabilité chez les femmes qui choisissent de se faire injecter du botox sont moins élevées.
La théorie du facial feedback
L’étude a été pratiquée sur 30 patients qui présentaient des problèmes de dépression. Les anti-dépresseurs ont été jugés non concluants. Par contre, la moitié des femmes qui ont reçu la toxine botulique ont constaté une nette amélioration de leur état de santé deux semaines plus tard, contrairement à celles qui ont reçu une injection avec un placebo.
Pour le professeur Tillmann Krüger de l’École de médecine d’Hanovre, l’effet serait dû au feed-back facial. Les expressions de colère ou de tristesse sont paralysées temporairement grâce aux injections de botox. Les informations pro-dépression sont bloquées pour apporter un effet plus positif. Il existe une sorte de rétroaction provoquée entre les muscles des expressions du visage et l’humeur.
Les études ont également montré que d’autres causes entrent en jeu, notamment la réaction positive ou le regard des autres sur soi après une injection de botox, ainsi que son propre regard. Bien que ces résultats aient été publiés, certains chercheurs comme le psychiatre spécialiste de la dépression, Dr David Gourion, estiment que le botox n’est pas le remède miracle pour améliorer la santé mentale d’une personne sachant que la dépression est une maladie provoquée par des éléments cognitifs, corporels et émotionnels.

la dépression est en réalité «plusieurs maladies différentes dont les symptômes se croisent». Pour l’instant, toute action qui peut dire au cerveau «hé, sois heureux !» est un traitement potentiel.

En ce qui concerne l’effet de la pilule sur la dépression je vous laisse la liberté de faire votre propre recherche.

merci

source : slate