DIABÈTE: Une heure passée assis de trop, c’est 20% de risque en plus

Aucun commentaire sur DIABÈTE: Une heure passée assis de trop, c’est 20% de risque en plus

image

Chaque heure supplémentaire passée assise peut augmenter le risque de diabète de type 2 de 22%, alerte à nouveau cette large étude néerlandaise, et peu importe les pauses régulières pour se dégourdir les jambes. La quantité totale de » sédentarité » apparaît ainsi, avec ses conclusions présentées dans la revue Diabetologia, comme un facteur majeur et indépendant du risque métabolique.

Rester longtemps assis double le risque de diabète et de maladie cardiaque mais réduit aussi l’espérance de vie. Les effets délétères d’un comportement trop sédentaire et d’une station assise trop prolongée durant la journée ont fait l’objet de toute une série d’articles et d’études, cependant chacune lance un nouveau signal bien loin d’être inutile : c’est le cas d’une large étude de l’Université Cornell, notamment, menée sur plus de 90.000 femmes ménopausées, qui démontre l’augmentation de la mortalité avec une sédentarité prolongée. Tout récemment, c’est toute une édition spéciale de l’American Journal of Preventive Medicine qui a développé les effets délétères d’un comportement trop sédentaire et d’une station assise trop prolongée durant la journée. Non seulement cette série d’articles rappelle que si le manque d’exercice physique est souvent impliqué dans de nombreux processus pathologiques, la position assise prolongée est aussi un facteur de risque à part entière. Les différents auteurs appellent à l’urgence de grandes politiques contre la sédentarité et la station assise.

L’étude, menée par des chercheurs de l’Université de Maastricht, a précisément mesuré et c’est l’un de ses atouts, le temps passé, assis ou couché, de 2.497 personnes âgées de 40 à 75 ans, à l’aide d’un accéléromètre. 29% des participants étaient atteints de diabète de type 2. Les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles, comme l’âge, le sexe, le niveau d’éducation, le tabagisme et la consommation d’alcool, l’IMC et les principaux résultats de santé, et la pratique de l’exercice physique.
La constatation est simple :
· les participants atteints de diabète de type 2 passent en moyenne 26 minutes de plus assis ou couché, vs les personnes non diabétiques.
· Chaque heure supplémentaire de sédentarité augmente le risque de diabète de 22%.
· Des pauses régulières ne modifient pas l’impact de la quantité totale de temps sédentaire sur le risque de diabète de type 2.

Si ce n’est pas la première fois que cette association sédentarité et risque métabolique est démontrée, il s’agit d’une des premières études à avoir utilisé une mesure objective (et non déclarée) de la sédentarité et sur un échantillon large d’adultes. On peut donc conclure que la quantité de temps que nous passons physiquement inactifs a, sans aucun doute, un effet très néfaste sur notre santé.

Source: Diabetologia February 2 2016 10.1007/s00125-015-3861-8 Associations of total amount and patterns of sedentary behaviour with type 2 diabetes and the metabolic syndrome: The Maastricht Study